Vous êtes ici : Accueil Agenda

Authentification

Si vous avez un compte sur l'un des sites suivants, utilisez le pour vous authentifier:

Email Imprimer

Agenda

Evénement 

Rassemblement Moto 2014
Titre:
Rassemblement Moto 2014
Quand:
14/06/2014 - 21/06/2014
Catégorie:
Programme 2014

Description

 

RASSEMBLEMENT MOTO 2014

 

A la découverte du Beaufortain et des Hautes-Alpes

 

 


Compte-Rendu : 

 

Jeudi 12 juin :

 

Gilles prend possession du minibus d’ARAMIS. Nous remercions Sylvie Brignon, présidente d’ARAMIS, de nous avoir si gentiment mis ce véhicule à disposition. Dans la foulée, Anthony et Serge rejoignent Gilles pour préparer les paquetages des participants (cartes routières, road books et tee-shirts  portant le logo de la manifestation) ainsi que l’outillage et la valise médicale que notre Doc nous a expédiée il y a quelques jours.

 

Samedi 14, 09h00 : 

 

Claude arrive de Biarritz en avion. Il prendra le volant du véhicule d’assistance et la remorque porte moto de Gilles pour nous accompagner durant toute la semaine. Nous prenons ensemble la route vers le village Vacanciel d’Arêches-Beaufort qui nous avait déjà accueillis pour la « Beaufortich » en juin 2008. Nous essuierons pour l’occasion notre première douche sur l’autoroute entre Chambéry et Albertville, histoire de nous rappeler que la pratique de la moto nécessite parfois quelques sacrifices.

 

 

 

 

 

 

 

 Arrivés à Arêches nous préparons l’accueil des participants et le plateau de jeu que nous leur avons concocté pour le soir même. Il s’agissait d’évoluer à VTT le long d’un parcours balisé de quilles rappelant l’épreuve du permis de conduire moto, à la vitesse la plus faible possible sans s’arrêter ni poser un pied au sol. Ce parcours chronométré donnera à chacun la possibilité d’obtenir une bonification de temps pour répondre plus tard à un quiz…Nous y reviendrons plus loin dans ce récit. François, notre Saint-Bernard médecin nous rejoint en fin d’après-midi, l’équipe d’organisation est alors au complet et les participants arrivent à leur tour.

 

 

 

 

 

Samedi 14, 19h00 :

 

François

Jean-Jacques, gérant du village Vacanciel, accueille le groupe autour d’un apéritif de bienvenue. Puis nous passons à table. Les organisateurs souhaitent la bienvenue à tous, en particulier à ceux et celles pour qui c’est la première participation à cette manifestation. Un bref exposé du programme de la semaine ainsi qu’un rappel des consignes de sécurité est dispensé à un auditoire attentif malgré la fatigue du trajet qui, pour certains, a été long et éprouvant.

 

Première intervention de François pour soulager une passagère dont le dos a fait connaissance d’un peu près avec le bitume savoyard à quelques kilomètres de l’arrivée à Arêches. Ce sera d’ailleurs sa seule patiente de la semaine et c’est mieux ainsi. Quelle tranquillité de savoir qu’il est avec nous et qu’il peut intervenir pour les premiers soins en cas de pépin toujours possible.

 

 

Dimanche 15, 08h00 :

 

Les plus impatients s’affairent déjà sur le parking à la préparation de leur monture Le départ est donné peu avant 08h30 en direction de Thônes, capitale « mondiale » du Reblochon, où nous faisons la première « pause-café ». Puis ce sera le col de la Colombière suivi d’un bref arrêt à la Chartreuse du Reposoir, monastère toujours en activité. Le repas de midi sur une terrasse ensoleillée sera l’occasion pour beaucoup de reparler des éditions précédentes du « moto tour » de l’UNASACEM.

 

 

 

Anthony ayant reçu de M Villette, du CG 74, des précisions sur les travaux en cours sur la D12 dans le massif des Bauges, nous reprenons la route suivant l’option « normale » du road book. Un petit détour par une route étroite indiquée par ce sympathique fonctionnaire (qui n’hésite pas à nous tenir informés même le dimanche) sera nécessaire pour dévier la zone de travaux et rejoindre Claude qui nous attend à Saint-Jean-de-Sixt. Un pause au col des Aravis puis… la pluie s’invite à nouveau, nous obligeant à nous équiper pour parcourir les derniers kilomètres avec beaucoup de précautions jusqu’à Arêches.

 

 

 

Dimanche 15, 18h00 :

 

  Suite de l’épreuve « VTTescargot » pour ceux qui n’ont pas eu le temps de s’y soumettre la veille. Les deux derniers participants, Alexandra et Johan, empêchés la veille, arrivent de Nice après un parcours en montagne passablement pluvieux. 

 

 

 

Lundi 16 juin, 08h30 :

 

Départ de la deuxième étape, Albertville, direction Moutiers puis Méribel. Pause au bar-restaurant « Le Martagon » où par un beau soleil matinal nous flânons sur la terrasse. Petit détour par l’altiport pour nous rappeler que nous avons tout de même un certain lien avec l’aéronautique… puis retour vers la vallée de la Tarentaise après une incursion sur une petite route en corniche au-dessus de Brides les Bains.

 

 

Mais cette vallée par la voie rapide serait une punition pour nous autres amateurs de virages et de paysages à couper le souffle. Nous la quittons bien vite pour avaler les lacets vers Notre-Dame-du-Pré, petit village perché à plus de mille mètres. Nous arrivons à Aime pour le déjeuner vers 13h00.

Le service au restaurant « l’Escale » sera rapide et efficace, nous permettant de nous remettre en route sans tarder vers Bourg-Saint-Maurice par une autre petite route en surplomb au-dessus de la Tarentaise. En face de nous, de l’autre côté de la vallée, s’étendent les pistes de ski des stations de La Plagne et plus loin vers l’est, celles des Arcs.

 

 

Puis c’est la montée vers le col du Petit-Saint-Bernard et la pause au bar de « Lancebranlette » à deux pas de l’ancien poste frontière avec l’Italie. Il est l’heure du retour vers Arêches par le très spectaculaire col de Cormet de Roselend que les redoublants attendaient avec impatience.

 

 

 

Lundi 16, 18h00 :

 

Une des employées du centre de vacances nous attend pour un petit tour de manège à moto. Malheureusement pour elle, le pilote qu’elle avait choisi (sur quels critères, mystère) est en panne, le régulateur de charge de sa Suzuki a rendu l’âme. C’est Serge, qui a une longue habitude de ce genre de mission, qui emmènera la jeune fille jusqu’au barrage de Saint-Guérin, distant de quelques kilomètres, pour un « baptême » qui se déroulera hélas sous une pluie fine et froide.

 

 

Mardi 17 juin :

 

Jour de « repos ». Pas de road book ni de restaurant réservé pour aujourd’hui, c’est quartier libre. Certains acharnés en profitent tout de même pour aller taquiner les goudrons italien et suisse, d’autres vont se dégourdir les pattes sur les sentiers environnants, d’autres se rendront sur un aérodrome proche pour une courte balade en avion au dessus des routes que nous avons parcourues les jours précédents. Le temps est encore incertain et pas mal d’entre nous seront bien humides en fin de journée ! Pour Serge, ce sera une « mission dépannage » avec Johan pour trouver les pièces nécessaires à la réparation de sa machine. En fin de journée, cette dernière finira les derniers kilomètres sur la remorque de Gilles.

 

 

Mardi 17 juin, 18h00 :

 

Tous sont rentrés et quelques uns s’affairent autour de la moto de Johan pour les derniers coups de clé, de fer à souder et de tournevis. La réparation est un succès et le moteur s’ébroue à nouveau joyeusement juste avant l’heure de l’apéritif. Johan a retrouvé le sourire, il n’aura pas besoin de faire appel à son assurance et il prendra la route avec le groupe le lendemain.

 

 

 

Mercredi 18 juin :

 

L’appel du sud : l’étape du jour nous emmène vers d’autres horizons et quelques cols mythiques sont au programme de cette journée où le ciel se montrera hélas encore un peu capricieux. Premier arrêt prévu au col de la Madeleine que nous quitterons une fois de plus déguisés en plongeurs sous-marins ! Passage obligé par le fond de la vallée de la Maurienne puis c’est l’ascension du col du Télégraphe puis le déjeuner à proximité de l’altisurface de Bonnenuit, quelques kilomètres après à la sortie de Valloire. Là, un des participants anticipe sur l’après-midi, fait un petit geste d’amitié à Gilles qui faisait la circulation vers le parking du restaurant, et continue sa route vers le col du Galibier. Il se rendra compte de sa méprise et rebroussera chemin pour nous rejoindre à table au bout d’un long moment, sous les applaudissements un tantinet moqueurs du reste de la troupe.

 

  

En début d’après-midi, « el señor meteo » nous entonne une fois de plus son hymne à la grenouille et nous franchissons le col du Galibier sans nous arrêter tant les conditions sont inconfortables (averse glaciale de pluie et de grésil). Tiens, ça ne nous rappellerait pas la Transpyr 2009 par hasard ?

La traversée de Serre-Chevalier nous conduit ensuite à Briançon, avant la montée vers le col d’Izoard au cours de laquelle nous trouvons enfin des conditions climatiques plus agréables. Pause au « Refuge Napoléon », juste avant d’arriver au col. Malgré le soleil, à cette altitude, la température nous donne plus envie d’une boisson chaude que d’un rafraîchissement ! Sur le versant sud de l’Izoard, le temps tourne enfin au beau et nous terminerons cette longue étape sur des routes sèches et ensoleillées.

 

 

 

Mercredi 18 juin, 19h00 :

 

Nous avons bien fait de répondre à l’appel ! L’équipe du village « Vacances Bleues » de Chorges nous accueille chaleureusement autour d’un apéritif en musique, un moment bien sympathique. Certains profiteront de la piscine et des installations de détente avant le dîner et la nuit sera réparatrice pour tout le monde.

 

 

Jeudi 19 juin, 08h30 :

 

Départ de la plus longue étape de notre périple au cours de laquelle un autre endroit mythique nous attend, celui qui se targue d’être la route la plus haute d’Europe, le col de la Bonette (2802 m). Ce sera tout d’abord la vallée de l’Ubaye jusqu’à Jausiers pour la première pause à la terrasse du « Bel Air » sous un beau soleil réconfortant. Vient ensuite la traversée de Barcelonnette puis l’ascension du col de Restefond. Nous ne pourrons malheureusement pas admirer le panorama depuis la table d’orientation à 2860m d’altitude, la dernière partie de la route non encore sécurisée par les services de l’équipement, n’est pas ouverte à la circulation. Nous devons nous contenter du col de la Bonette, à 2715 mètres tout de même.

 

 

Nous reprenons la route vers le sud en empruntant depuis sa source, la vallée de la Tinée. A droite toute, direction Valberg pour le déjeuner au soleil au restaurant « La Vallée Blanche ». En tout début d’après-midi, une monture d’origine transalpine obligera son propriétaire à faire appel à Claude et à la caisse à outils pour une petite réparation indispensable à la poursuite du périple. Une affaire qui sera rondement menée, l’infortuné devra faire un arrêt au stand à Barcelonnette pour consolider sa réparation.

 

 

 

 

 

 

La montée vers le col de la Cayolle ne posera aucun problème alors que la descente couverte de graviers contraindra tout le monde à la plus grande vigilance. La pause de l’après-midi nous amène une fois de plus dans un endroit très aéronautique puisque elle a lieu au bar de l’aérodrome de l’Ubaye à côté de Barcelonnette dont le parking jouxte celui des avions. Les derniers kilomètres sont parcourus après un petit arrêt culturel au belvédère du barrage de Serre-Ponçon.

  

 

 

 

Vendredi 19 juin :

 

De l’avis général, la plus belle étape de ce séjour, pour ses paysages d’autant plus appréciés que le temps restera au beau fixe ce jour là et pour la qualité des prestations des bars et du restaurant. Sur les traces de Napoléon nous faisons route vers le col de Manse puis nous faisons la première pause à Corps non sans avoir admiré sur notre gauche le massif de l’Obiou. Ce sommet majestueux est tristement connu dans la région depuis le 13 novembre 1950, jour où un avion de pèlerins canadiens de retour de Rome a percuté la « Tête de l’Obiou », faisant 58 morts. Un mémorial aux victimes a d’ailleurs été installé non loin de là, à deux pas du monastère Notre-Dame-de-la Salette.

 

Après le « café croissants », nous repartons en direction du Vercors et nous apercevons déjà au loin le remarquable mont Aiguille, curieux sommet en forme de proue de navire détaché de la falaise  que nous approcherons de plus près en début d’après-midi.. Une petite halte façon séquence « émotion forte » au pont de Ponsonnas près de La Mûre, où se pratique le saut à l’élastique depuis un viaduc qui surplombe de 103 mètres le torrent qu’il enjambe.

Mais il n’y a pas d’activité sur le site ce vendredi matin et les participants devront se contenter d’imaginer, à partir du récit imagé que Serge leur a fait de sa propre expérience en la matière la veille au soir. L’heure du déjeuner approchant, nous repartons à travers le Trièves vers Monestier de Clermont puis Gresse-en-Vercors au pied de la falaise, à l’est du massif du même nom. La terrasse ensoleillée accentue la bonne impression de tous sur la qualité du repas qui nous est servi.

 

Il est temps de boucler la boucle et nous repartons pour la dernière demi-journée du rassemblement 2014. Après quelques minutes nous découvrons un splendide panorama sur le mont Aiguille. Sous cet angle, on a peine à imaginer qu’en août 1957, Henri Giraud, pionnier en France de l’aviation légère en montagne, posait son Piper sur la prairie sommitale. Nous retraversons le Trièves et longeons à nouveau le massif de l’Obiou pour arriver aux gorges de la Souloise, porte d’accès septentrionale du Dévoluy.

 

 

 

Le restaurant « la Neyrette » à Saint-Disdier nous accueille pour la pause en milieu d’après-midi. Situé au cœur du Dévoluy, près d’une source sur laquelle une petite roue à aubes a été installée. Sur la mare attenante, nagent quelques canards. Les deux petites barques à fond plat mise à disposition des plus téméraires traversent bientôt le plan d’eau au rythme joyeux des éclaboussures et des coups de rame. La pelouse devient bientôt un lieu propice à la sieste et nul n’est pressé de rentrer au bercail. Il faut pourtant s’y résigner et nous descendons le col du Noyer pour reprendre le chemin impérial en sens inverse, le Champsaur, le col de Manse et enfin Chorges.

 

 

 

 

Vendredi 19 juin, 18h00 :

 


Le quiz ! Il est l’heure de terminer notre jeu dont la première manche a été évoquée au début de ce 
récit. La deuxième partie du jeu consiste en un QCM de connaissances générales axé sur la géographie, les personnages et l’histoire de la région. Les résultats du jeu sont proclamés dès que le dernier participant a rendu son devoir. Des cadeaux sont attribués aux gagnants. La famille Faure, régionale de l’étape se classe fort bien mais c’est Alan Robic qui l’emporte. Quelle culture !
 

 

 

Alan prend alors la parole pour remercier le comité d’organisation (Merci pour les cadeaux !) et faire part à l’assemblée de son projet de rassemblement en Bretagne pour la prochaine édition, prévue si tout va bien dans deux ans.

 

Bon vent à lui et à l’UNASACEM !

 

 

Samedi 20 juin :

 

Le temps des adieux déchirants sur le parking du village Vacances Bleues, tous espèrent pouvoir se retrouver lors de la prochaine édition (et pourquoi pas à d’autres occasions) pour parcourir les paysages de nos belles régions.

 

 

Merci à Anthony Helleu (monsieur moto à l’UNASACEM) qui a fait un boulot formidable depuis des mois, à Claude Decamps qui s’est littéralement faufilé avec sa virtuosité légendaire le long de routes de montagne où le fourgon d’assistance n’avait pas toujours le gabarit adéquat, à François (doc) Milesi qui nous accompagne de son sourire et de sa bonne humeur depuis l’édition 2004, à Gilles Le Bris qui a prêté sa remorque moto et qui a préparé le fourgon et ébauché une bonne partie du road book. Merci à Nicolas qui nous a donné des leçons de traj... euh, qui récolte et héberge nos photos depuis plusieurs années.

 

Merci aussi au personnel du village de vacances Vacanciel pour leur accueil et leur gentillesse (Jean-Jacques et Mélanie), à l'équipe du Serre du Villard à Chorges. Encore une fois merci aux restaurateurs qui nous ont accueillis avec le sourire et nous ont gâtés : "La Chartreuse" au Reposoir, "l'Escale" à Aime, "la Poutre" à Valloire, "la vallée blanche" à Valberg et bien sûr "le Chalet" à Gresse en Vercors.

Un gigantesque merci à Gilbert Gallet, trésorier de l'UNASACEM, qui nous a prêté main forte tout au long de cette aventure avec bienveillance, ainsi qu'à Philippe Labrot pour son aide sur la gestion du site. 

 

Bien évidemment, merci à tous les participants de nous avoir suivis pendant cette belle semaine, avec le sourire.

 

Pour ma part, je suis l’auteur de la mise en forme finale du road book, activité qui me permet de vivre à l’avance et plusieurs fois de suite l’ensemble du parcours que nous vous avons concocté cette année.

 

 

Serge Barbieux

 


 

En savoir plus

Copyright © 2014 UNASACEM. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 
<< <  Août 2014  > >>
 L  M  M  J  V  S  D 
      1  2  3
  4  5  6  7  8  910
11121314151617
18192021222324
25262728293031